Eclairage sur les différentes formes de yoga

Accueil » Textes » Eclairage sur les différentes formes de yoga

En Occident, lorsqu’on évoque le yoga, c’est généralement de Hatha Yoga qu’il est question. Mais cette discipline peut se pratiquer autrement, de différentes manières. Cet article a pour but de présenter en quelques mots les principaux types de yoga.

Hatha Yoga

Le Hatha Yoga est le yoga pratiqué en général en Occident. Axé sur un travail physique et postural plus ou moins tonique (qui peut être très physique même pour certains courants et contrairement aux idées reçues), de techniques de respiration, de relaxation ou de médiation. Il y a plusieurs écoles de Hatha yoga qui ont chacune une approche différente de la pratique : grande précision et aide de nombreux supports pour le yoga Iyengar, enchaînements très physiques pour l’Ashtanga Yoga ou le Power Yoga, séries structurées et yoga nidra (grande relaxation) chez Satyananda… Il existe encore d’autres formes de Hatha Yoga comme le Bikram Yoga, le Yoga Madras, le Yoga de l’énergie, etc. Le pilate, très prisé dans les salles de remise en forme, est aussi un dérivé du Hatha Yoga. C’est dire s’il est répandu et très diversifié aujourd’hui et il peut donc être très doux, axé surtout sur la relaxation, comme d’une intensité physique extrême.

Cependant, toutes ces pratiques se rejoignent, le Hatha Yoga est le yoga du corps. Il a pour objectif de développer la conscience de ce corps justement, mais c’est aussi une technique permettant d’atteindre et d’apaiser le mental, par le travail avec le souffle entre autres. Il est un formidable outil pour libérer le potentiel latent et présent en chacun d’entre nous.

On voit donc que dans le Hatha Yoga, il y en a pour tous les goûts et que chacun peut sans doute s’y retrouver, à condition de trouver ce qui lui correspond. Ainsi, si vous souhaitez vous engager dans cette voie, essayez un cours et si celui-ci ne vous convient pas, ne vous arrêtez pas là. Un cours, un enseignant, une école ne sont pas Le Yoga, mais n’en représentent qu’une partie. Aussi, pour le cas où une première expérience ne vous aurait pas satisfaite, n’hésitez pas à changer de cours, à vous orienter vers un ou d’autres enseignants qui certainement auront une approche différente.

Étymologie du mot Hatha

Sur le plan strictement étymologique, hatha signifie « effort ». Cela peut paraître surprenant et loin de l’image que l’on a souvent en occident du yoga-relaxation, de la posture assise et statique et d’une pratique un peu molle pour mamies. Si la relaxation découle de la pratique, cela ne se fait pas tout seul et demande en effet un effort, de la constance, une certaine discipline. Le lâcher-prise n’est pas inné. C’est un apprentissage au quotidien qui demande un véritable travail sur soi.

Il y une autre signification au mot hatha. Elle vient de la Yoga Sikhâ Upanisad, un texte ancien appartenant à l’ensemble des Upanishads du Yoga (textes philosophiques de l’Inde ancienne). Il y est question du son Ha émit lorsqu’on inspire et du son Sa émit quand on expire. Ha représente le feu solaire et Sa (qui deviendra tha) la fraîcheur de la lune. Nous sommes bien là en plein dans le yoga des polarités, à la recherche d’équilibre et d’harmonie entre les différentes forces de l’univers, forces présentes en chaque être humain.

Origine du Hatha yoga

Déjà, vers le IIè s. av. J.C les yoga sutras de Patanjali parlent des asanas (postures) et du pranayama (exercices respiratoires) dans les huit membres de l’Ashtanga yoga. Plus tard, vers le XVè s. le texte sanskrit intitulé a attribué à Svatmarama parle clairement des postures et du contrôle du souffle. Il devient le texte référent du Hatha Yoga.
En Occident, le Haṭha Yoga est surtout la recherche du mieux-être individuel et de rapports harmonieux avec le monde qui nous entoure, les autres, et par extension avec tout ce qui vit. La pratique du Haṭha Yoga a pour but d’unir tout ce qui compose l’être humain, tant sur le plan physique, psychique, émotionnel et spirituel. La pratique permet d’expérimenter, de vivre pleinement les forces présentes en chaque chose, en apparente opposition et qui en réalité se complètent : féminin / masculin, mouvement / immobilité, inspiration / expiration, résistance / lâcher-prise. Posture, respiration, méditation peuvent tour à tour alimenter la pratique.

Raja Yoga

Le yoga peut se limiter à une pratique posturale, mais c’est aussi une philosophie et il peut devenir un mode de vie. Le Raja Yoga inclut les asanas (postures) et le pranayama (exercices respiratoires), mais à cela s’ajoutent des principes de vie visant à s’installer au quotidien dans le moment présent. La méditation devient alors un outil de travail sur soi. En observant dans le silence ses émotions, le fil des pensées qui le submerge, le pratiquant apprend peu à peu à les accueillir pour, au fil du temps, prendre du recul avec les événements du quotidien. Au-delà de la pratique méditative, cette habitude d’observation s’étend à tout moment de la vie. Il s’agit alors d’un exercice constant, de chaque instant, qui progressivement peut conduire l’être humain vers moins de confusion, plus de présence, un état de conscience apaisé et positif.
Les Yogas Sutras de Patanjali, cités plus haut, sont une référence du Raja Yoga. C’est un texte comprenant 196 sutras, soit de courtes phrases exprimant un principe du yoga. La méditation y est fréquemment citée. Dans le yoga, les postures et le travail du souffle préparent le corps et l’esprit à la méditation. Le Raja Yoga permet une transformation de tout l’être qui peut alors atteindre son expression la plus complète.
En général, en Occident, on pratique le Hatha Yoga ou parfois le Raja Yoga. Cependant, d’autres formes de yogas existent, certes beaucoup moins connues du grand public occidental mais très courantes en Inde.

Bhakti Yoga

Le bhakti yoga est le yoga de la dévotion. Surtout présent en Inde sous sa forme traditionnelle, il se pratique par des rituels centrés sur le cœur, Par des chants sacrés, des prières, des répétitions de mantra, etc., le pratiquant éveille en lui la compassion et s’ouvre à l’amour universel. Il n’y a aucune pratique physique dans le Bhakti Yoga.
Toutefois, le yoga n’est pas une religion. Aussi, n’importe quel pratiquant d’une religion quelconque (christianisme, hindouisme, Islam, judaïsme ou autre), pour peu qu’il fasse des prières et des rituels de révérence sincères, s’exerce en quelque sorte au Bhakti Yoga.

Karma Yoga

Le mot sanskrit karma se traduit par action. Le Karma Yoga est donc le yoga de l’action, de l’action désintéressée pour être juste. On connaît le karma dans l’hindouisme ou le bouddhisme comme étant le destin d’un être réincarné en fonction des actes qu’il a commis dans ses vies précédentes. Il s’agit dans ce cas d’une loi de cause à effet contre laquelle, en apparence, il est difficile d’agir puisque chaque acte, chaque pensée produiront une empreinte karmique qui ressurgira dans une vie prochaine. Selon ce principe, le Karma Yoga a pour but de désamorcer les karma précédents, par le don de soi, des actes purement désintéressés et profitant à autrui, le pratiquant se purifie d’une certaine façon de ses actions négatives antérieures.

Il n’est pas besoin de croire à la réincarnation – croyance très présente dans le l’hindouisme et le bouddhisme, mais qui n’est pas essentiellement asiatique, les Grecs anciens l’ont souvent évoquée et, plus proches de nous, les cathares du XIIIe. et XIVe. s. en Occitan, entre autres – pour pratiquer le Karma Yoga. Sans chercher à purifier un hypothétique karma afin d’obtenir un devenir meilleur dans une vie future, nous pouvons simplement avoir une attitude de bienveillance envers les autres, de la compassion pour tous les êtres, émettre des pensées positives, rendre service et aimer sans rien attendre en retour, ce qui naturellement aura des répercussions sur notre vie quotidienne, ici et maintenant.

Tout le monde connaît le vieil adage : « qui sème le vent récolte la tempête. » A l’inverse, œuvrer en vue d’améliorer la vie d’autrui ne fait que rendre la nôtre plus heureuse. Par cette phrase, le Dalaï-Lama illustre parfaitement ce principe : « Toutes les souffrances du monde viennent du désir du bonheur pour soi. Tous les bonheurs du monde viennent du désir du bonheur des autres. »

Ainsi, on le voit, nul besoin d’une technique particulière pour pratiquer le Karma Yoga. Il est probable que nous ayons tous des occasions de développer ce principe de vie au cours de notre existence, avec nos proches, la famille, les amis… Cependant, l’ego ayant par nature besoin de reconnaissance, ce que nous percevons parfois comme désintéressé ne l’est peut-être pas toujours. Nous « commerçons » aussi fréquemment et inconsciemment avec nos sentiments. Soyons vigilants dans nos actes. Essayons d’être présents à chaque instant, de faire une chose pour ce qu’elle est et non dans l’objectif plus ou moins conscient d’en obtenir un résultat. « Accepte l’action, mais renonce au fruit de l’action », dit la Bagavad Gita. Voici qui résume parfaitement le Karma Yoga.

Jnana Yoga

Le Jnana Yoga est le yoga de la connaissance. Cette connaissance n’a rien à voir avec la culture ou un apprentissage théorique et chacun peut en faire l’expérience, car il est question là de connaissance de soi. Celle-ci se fait par la lecture et l’étude des écritures, des textes concernant le yoga (mais cela peut aussi être d’autres textes inspirés, religieux ou philosophiques) et par les expériences de Hatha Yoga, de médiation, de Raja Yoga, de Bhakti Yoga et de Karma Yoga. Par une pratique assidue, celui qui suit cette voie arrivera peu à peu à lever les voiles de l’illusion et de la confusion mentale pour découvrir la véritable nature de son esprit, la sagesse et la paix du cœur.
En résumé

En fait, on le voit, les différentes formes de yoga ne sont pas séparées. Elles se complètent et il n’est pas rare qu’un pratiquant, consciemment ou non, s’exerce à l’une ou l’autre des disciplines décrites précédemment, chacun à sa manière, à son rythme, en fonction de ses aspirations, de son tempérament et de son évolution personnelle. Pour résumer, on peut dire que l’objectif du yoga est de dynamiser le potentiel et les capacités de tout un chacun pour une transformation de tout l’être qui progressivement va s’éveiller à une conscience plus large, à la compassion et une paix intérieure inaltérable.

Vaste programme, c’est le cheminement de toute une vie et nul ne peut dire s’il y parviendra. On appelle yogi celui qui consacre sa vie à cette transformation, mais n’est pas yogi qui veut. À notre niveau, commençons par nous accepter tels que nous sommes, avec nos faiblesses, nos limites et notre part d’obscurité. Par notre modeste pratique, essayons d’éclairer peu à peu ces zones d’ombres. Nous sommes les jardiniers de notre espace intérieur, semons la graine de la transformation. Le reste ne dépend pas de nous. Le soleil, la pluie, le vent et tout ce que nous ne maîtrisons pas feront que cette graine s’épanouira ou non. Accueillons ce qui se présente et laissons mûrir le fruit de la persévérance.

2017-06-06T15:06:03+00:00
Menu Title